En hiver, augmentez votre sécurité sur les routes

  • Auteur: OPONEO.PL

Des pneus modernes, des systèmes électroniques, une aérodynamique de la suspension et une forme calculée des vitres aident le conducteur à rouler en sécurité sur les routes d’hiver. Comme le précise Romuald Chałas, président d’Automobilklub Polska et pilote de course expérimenté:

"La sécurité doit constituer la priorité de chaque conducteur
. Il est judicieux de la prendre en compte aussi bien en choisissant un nouveau modèle de véhicule pour soi-même et pour notre famille, qu’en préparant notre véhicule pour les mois d’hiver. Des dispositifs appropriés, des pneus neige et une dose de bon sens peuvent nous sauver la vie".

Les pneus bien adaptés aux conditions météorologiques.

Pneumatiques d’hiver

Le choix de bons pneumatiques constitue l’élément le plus important dans la préparation du véhicule pour l’hiver. Dès que la température baisse en dessous de 7°C, il faut monter les pneus neige. Outre leur bande de roulement faite d’un grand nombre de lamelles qui permettent au pneu de mieux adhérer au revêtement, et de rouler plus facilement sur la neige ou le verglas, la spécificité des pneumatiques d’hiver provient de ce qu’ils sont fabriqués d’un mélange de gomme à base de silice, plus mou que celui utilisé dans la fabrication des pneus d’été. Ce mélange permet aux pneus de garder leur souplesse par basses températures. C’est pour cette raison que les pneus neige devraient être utilisés, dès la fin d’automne, par tous les conducteurs, même ceux qui conduisent en ville où la neige tient rarement sur la chaussée. Car l’absence de neige ne veut pas dire qu’il est prudent de rouler avec des pneus d’été. Durant l’hiver, une bonne adhérence dans les virages et une bonne distance de freinage ne peuvent être garanties que par des pneumatiques souples et résistants aux basses températures.

Chaque pneu, même d’hiver, s’use au bout de quelques temps. En réutilisant les pneus saisonniers, il faut impérativement vérifier la profondeur des sculptures de la bande de roulement. Si elle est inférieure à 4 mm, il est judicieux d’envisager l’achat de nouveaux pneumatiques. Un pneu d’hiver dont la sculpture des rainures est inférieure à 4 mm ne sera pas en mesure d’évacuer toute l’eau et la boue de neige, et sera moins performant dans l’autonettoyage des résidus de neige.

Un autre facteur de sécurité est celui de la pression de gonflage des pneus. Il faut la surveiller toute l’année, en la vérifiant au moins une fois par mois.

Comme nous avertit Leszek Szafran, Directeur commercial du groupe Goodyear Polska:

"Vu l’importance des variations de températures pendant l’hiver, il est particulièrement important de vérifier plus souvent la pression de gonflage des pneus durant cette période que pendant la période estivale. En hiver, et par rapport à la pression des pneus à 20°C, on enregistre les baisses de pression suivantes :

  • environ 0,2 bar à 0°C
  • environ 0,3 bar à –10°C
  • environ 0,4 bar à –20°C

Pendant l’hiver, de bons pneumatiques garantissent une courte distance de freinage et une bonne adhérence du véhicule dans les virages.

Et il ajoute:

"Il est évident que, comme il n’est pas possible d’accorder la pression des pneus avec la charge réelle d’un véhicule, il n’est pas, non plus, possible de le faire en cas de variations fréquentes de la température hivernale. Dans la situation où les basses températures persistent, il est conseillé d’augmenter la pression des pneus de 0,2 bar. Dès que la température augmente, la pression de gonflage doit être remise au niveau conseillé par le constructeur du véhicule. Nous conseillons toujours d’ajuster la pression au niveau prévu par le fabricant du véhicule pour un modèle donné. Toutes les informations relatives à la pression conforme sont indiquées dans le manuel d’entretien du véhicule (rangé souvent dans la boîte à gants) ou sur un autocollant apposé sur sa porte latérale, ou sur la face intérieure de la trappe à carburant".

Dans le livret de la voiture le chauffeur trouve toutes informations
nécessaires pour
acheter un bon équipement.

Visibilité

Comme nous le conseille Romuald Chałas:
"Le conducteur doit d’abord s’assurer d’une bonne visibilité de la route et d’une bonne visibilité de son propre véhicule".

Réchauffer les vitres permet au conducteur d’avoir une bonne visibilité avant et arrière du véhicule, et cela quelques secondes après avoir démarré la voiture. Il est possible d’obtenir le même résultat en faisant circuler l’air dans l’habitacle, sauf qu’il faut attendre plus longtemps que les vitres se désembuent. Avant la saison d’automne – hiver il est également conseillé de bien régler les essuie-glace. Ils doivent atteindre les montants afin de nettoyer la plus grande surface possible de pare-brise des salissures hivernales.

Avoir des projecteurs propres augmente également le niveau de sécurité sur la route. Nombreux sont les véhicules dont les projecteurs avant sont équipés d’essuie-glace et/ou de lave-phares. Si ce n’est pas le cas, il faut les nettoyer à l’aide d’un chiffon doux. Les projecteurs rayés ou sales peuvent réduire l’éclairage de 40 %.

D’après Romuald Chałas:
"Il ne faut pas oublier les phares arrière du véhicule. Ils doivent être propres et non peints de couleurs sombres. Ce type « d’amélioration » s’avère trompeur quand le soleil, en se reflétant dans la neige, empêche les conducteurs suiveurs de voir s’allumer, par exemple, les feux stop du véhicule qui les précède".

Et enfin, les rétroviseurs. Ils doivent être suffisamment grands, propres et faciles à régler. Comme dans le cas du pare-brise, le système de désembuage des rétroviseurs facilite au conducteur la conduite du véhicule.

Les rétroviseurs sont primordiaux en ce qui concerne la visibilité. Ils doivent être bien réglés afin d’assurer un fonctionnement correct. Des rétroviseurs bien réglés ne permettent au conducteur que de voir le bord du véhicule. Malheureusement, nombreux sont les conducteurs qui règlent les rétroviseurs de manière erronée, leur permettant de voir la moitié du véhicule. Ils diminuent ainsi leur capacité à contrôler la situation sur la route.

Systèmes électroniques et airbags

Un fonctionnement correct de freins est un élément clé de la sécurité de la conduite en hiver. Il est primordial de le vérifier avant la saison d’automne – hiver. Une répartition égale de la force de freinage sur toutes les roues est le facteur le plus important du système de freinage. Comme nous prévient Romuald Chałas:

"Si les freins « ne prennent pas » de manière uniforme lors d’un freinage sur la neige ou sur le verglas, l’arrière du véhicule peut chasser et déraper".

L’action de freiner par intermittence demande du conducteur d’importantes capacités, du sang froid et de l’expérience, en cas de dérapage du véhicule. Dans cette situation, la plupart des conducteurs enfoncent la pédale de frein au maximum, provoquent ainsi le blocage des roues arrière et, par conséquent, la conduite devient incontrôlable, sans possibilité de modifier le sens de la conduite. C’est ici précisément qu’intervient le travail des ingénieurs, grâce auquel nos véhicules sont actuellement équipés de différents systèmes électroniques.

Comme l’ajoute Romuald Chałas:
"Le freinage est assisté par le système ABS qui empêche le blocage des roues. Aujourd’hui, il fait partie des équipements de série de la plupart des véhicules. Cependant, l’ABS ne suffit pas. À l’achat d’un véhicule, il est judicieux de vérifier s’il est équipé d’autres systèmes électroniques, indispensables pendant l’hiver, comme l’ESP ou l’ASR. Le programme électronique de stabilisation, l’ESP, réduit le risque de dérapage dans les virages et l’ASR, le système de régulation antipatinage des roues motrices, empêche les roues de patiner lors de l‘accélération. Un véhicule équipé de ces systèmes est sûrement mieux sécurisé qu’un véhicule qui en est dépourvu".

Les airbags frontaux et latéraux font également partie des équipements clé pour la sécurité sur la route.

Comme le souligne Romuald Chałas:
"En règle générale, les constructeurs savent quel type d’airbags doivent faire partie de leurs véhicules, et en quelle quantité. L’on peut dire que deux airbags, l’un pour le conducteur et l’autre pour le passager avant, ne suffisent plus. Ils ne protègent qu’en cas de choc frontal ou de choc arrière, alors qu’en cas de choc latéral, même relativement peu dangereux, les dommages subis peuvent être très importants. C’est pour cette raison qu’il est prudent d’équiper notre véhicule d’airbags latéraux
".

En cas d’accident, les appuie-tête réglables et les ceintures de sécurité sont d’une grande importance. Les premiers se bloquent ou s’avancent au moment du choc, ce qui permet d’éviter les dommages à la colonne vertébrale dans le brusque va-et-vient de la tête vers l’avant puis l’arrière. Quant aux ceintures, elles doivent être ajustées pour nous sangler correctement, afin qu’il ne soit pas possible de glisser en dessous, ou de se heurter la tête contre le volant ou le pare-brise.

Vous appréciez notre article?
Cliquez sur le bouton "J'aime"

Merci
Ajouter un commentaire
(Attention: les commentaires sont en modération)

  1. Vendeurs expérimentés
  2. Achats en toute
    sécurité
  3. Un grand choix de
    produits
  4. Livraison gratuite
  5. Les garages partenaires