Histoires des pneus Continental

  • 12/09/2012
  • Auteur: OPONEO.PL

Continental-Caoutchouc und Gutta-Percha Compagnie: tel est le nom sous lequel le groupe démarre son activité le 8 octobre 1871. Sa taille pour l'époque peut aujourd'hui étonner. Hormis les pneus pour véhicules et vélos, la société produit aussi des chaussures, des tissus imperméables et, dans la foulée, des ballons et des jouets. Des pneus de voiture? Il faut se remémorer qu'à cette époque-là, les automobiles restent encore sur les plans visionnaires d'inventeurs fous, si ce n'est dans le domaine du rêve. Quand Siegfried Marcus construit le premier véhicule à moteur à essence en 1870, presque personne ne soupçonne que dans quelques décennies les autos deviendront un moyen de transport courant.

continental-logo

Le logo de la marque Continental

Du vélo à la voiture

Peut-être, les constructeurs de Continental le soupçonnent-ils aussi. Avant même qu'ils n'aient cette intuition, la demande croissante de pneus pour vélos amène leur société à introduire sur le marché des pneus à chambre. En 1892, l'entreprise, dont le symbole est devenu le cheval qui regimbe, est la première en Allemagne à entreprendre la fabrication de pneus classiques. En parallèle, dans l'usine de Hanovre, les premiers pneus pour automobiles sont fabriqués.
L'industrie automobile, encore timide dans le monde, se développe très vite au bord du Rhin. Les ingénieurs de Continental, s'inspirant des pneus pour vélos antidérapants, produisent vite aux côtés de constructeurs allemands et, en 1904, ils présentent leurs premiers pneus pour voitures avec bande de roulement, et quatre ans plus tard, ils surprennent la concurrence avec une autre innovation : une jante démontable grâce à laquelle le changement de la roue prend moins de temps et exige moins d'efforts.

 Usine de l'entreprise Continental Usine des pneus Continental

Ancienne usine de l'entreprise Continental.

Vive le caoutchouc synthétique !

Être de la première marque en Allemagne éveille l'appétit de la direction de Continental qui, à la charnière des deux premières décennies du XX siècle, ouvre les premières filiales de la société à l'étranger, entre autres en Angleterre, en Roumanie et en Italie ainsi que dans les pays scandinaves et met son effort sur l'export. L'évènement clef est le démarrage en 1909 des tests de pneus en caoutchouc synthétique, réalisés et livrés par les laboratoires de la société Bayer. Vingt-sept ans plus tard, les pneus en caoutchouc synthétique sont déjà produits en masse.

Continental commence vite à promouvoir les technologies modernes dans les sports motocyclistes. Dès 1901, la première Mercedes construite dans l'usine Daimler gagne la course Nice-Salon-Nice équipée de pneus « Conti ». Les Daimler, dotées de pneus de la même marque, remportent un succès plus grand encore, avec leur triple victoire dans le prestigieux Grand Prix de France. Peu après les succès sportifs, comme les victoires en Grand Prix (Allemagne, Angleterre, Danemark et Italie) et aussi dans les courses « North African Tripoli Race » et « Carrera Panamericana » deviennent la carte de visite de Continental.

  Publicité de Continental    Publicité de continental

Publicités des pneus Continental.

Hauts et bas de l'entre-guerre

Le déclenchement de la première guerre mondiale va mettre un terme au développement dynamique de la société. L'effondrement de la stabilité économique, puis les restrictions imposées à l'Allemagne par le Traité de Versailles, ont un impact négatif sur toute l'industrie automobile. En 1920, la situation de Continental s'améliore considérablement grâce à l'investissement de la marque américaine Goodrich qui rachète 25 % de l'entreprise allemande. Grâce à cette coopération et au transfert des technologies les plus modernes, Continental commence à rétablir sa position. En 1921, il est le premier à introduire sur le marché national, le pneu à câble textile et trois ans plus tard il commence la fabrication du pneu au noir de carbone ce qui augmente significativement sa durée de vie et sa résistance. En 1932, la technologie Schwingmetall est une nouvelle innovation importante qui consiste à associer le caoutchouc et le métal.

 

Continental est, déjà à cette époque, un leader sur le marché allemand. Il conclut un accord de coopération avec Goodrich, rachète cinq entreprises de l'industrie du pneumatique de moindre importance et, peu de temps après, fait alliance avec Opel. Juste avant la seconde guerre mondiale, Continental annonce avec enthousiasme la construction d'une nouvelle usine à Stocken, près de Hanovre. Plus tard, il s'avèrera que, cette usine approvisionnera pendant les années suivantes l'armée allemande en produits de caoutchouc et les plans de production sont déterminés presque à 100 % pour les objectifs militaires. Cette optique change après l'année 1945 mais la reconstruction de l'entreprise dans l'après-guerre, dans les établissements détruits par les bombes à Hanovre-Vahrenwald et Korbach, sera un grand défi. La direction de Continental est à nouveau obligée de recevoir de l'aide des Américains. Dès juin 1945 elle obtient un accord pour reprendre sa production et la situation dans l'entreprise revient lentement à la normale. Le développement éclair de l'industrie automobile dans le monde y contribue d'une manière efficace.

        Contidrom

L'expansion galopante

De 1950 à 1965, Continental fournit les pneus de la légendaire Volkswagen Garbus. En 1952, la société présente ses premiers pneus « hiver », testés peu après en conditions extrêmes sur le col alpin du St. Gotard. Trois ans plus tard, c'est le premier pneu « tubeless » et en 1960, démarre la production en série de pneus radiaux. Les innovations techniques vont à l'époque de paire avec l'expansion internationale de la société. En 1964, elle ouvre une usine en France et, en 1967, on construit le fameux Contidrom sur lequel seront testées les dernières inventions des constructeurs du groupe Continental.

En 1979, la société riposte aux initiatives de la concurrence étrangère, de plus en plus puissante, et rachète la marque américaine Uniroyal Inc. et ses cinq usines européennes. Six ans plus tard, les établissements d'une major autrichienne, Semperit, et, dans la foulée, l'américain General Tire Inc., le scandinave Gislaved et Viking et le tchèque Barum, passent sous contrôle de Continental. Un autre évènement important est la cession de la structure de ContiTech, structure du groupe qui produit uniquement des pièces industrielles. En 1996, Continental fête ses 125 ans comme acteur majeur sur le marché, dont il contrôle 9 %. Dans un élan de modernité il achète en 1998 une partie de la société américaine ITT Industries qui construit des châssis et freins. Il ouvre aussi d'autres usines en Argentine, au Mexique, en Afrique du Sud, en Slovaquie, En Roumanie et en Malaisie où il créera la société « Continental Sime Tyre », la plus importante de la région, et investit également dans les systèmes électroniques de sécurité. En 2001, il prend une majorité dans la filiale « Temic » du groupe Daimler Chrysler, pour répondre plus professionnellement aux besoins du marché des systèmes de stabilisation de conduite (jusqu'en 2007 il fournit presque 9 millions de systèmes de sécurité ESP aux constructeurs de voitures). Il prend aussi une part majoritaire dans l'Usine de Pneus de Moscou, et deux ans plus tard, annonce son retour dans l'indice DAX, parmi les trente premières sociétés allemandes cotées en bourse.

Fabrication des pneus Continental

Fabrication des pneus Continental.
 

Continental dans le Guinness Book

En 2003, les ingénieurs allemands associés avec les constructeurs de Bridgestone et de Yokohama développent le système Run-Flat qui permet de continuer à rouler en cas de crevaison et de perte de pression d'air. En 2004, Continental rachète la société Phoenix AG ce qui donne naissance au premier groupe mondial de l'industrie du caoutchouc et des matériaux synthétiques. Peu de temps après, il investit en électronique de voiture, rachète des divisions de Motorola et de Siemens VDO Automotive.

Le démarrage de la production des pneus « ContiSportContact 2 Vmax », premiers pneus de route permettant de rouler jusqu'à 360 km/h, constitue une innovation spectaculaire, tout comme la production du modèle hiver « ContiWinterContact TS 810 Sport » avec un indice de vitesse W, permettant d'atteindre 270 km/h. L'efficacité des inventions de la société allemande est confirmée par des tests. En 2005, la Porsche GT3 équipé en Vmax atteint 388 km/h, et trois ans plus tard, Porsche 911 GT 9 bat ce record sur l'autodrome de Nardo en Italie. Le compteur affiche 409 km/h! « ContiSportContact Vmax » figure dans le livre Guinness des records comme le pneu de route le plus rapide produit en série.

Il est aussi difficile d'imaginer ce qui serait advenu de Continental s'il était resté seulement sur la fabrication de chaussures. Peut-être, Usain Bolt aurait-il battu le record du monde de sprint avec des chaussures Conti?

Consultez notre offre de pneus Continental.

Vous appréciez notre article?
Cliquez sur le bouton "J'aime"

Merci
Ajouter un commentaire
(Attention: les commentaires sont en modération)

  1. Vendeurs expérimentés
  2. Achats en toute
    sécurité
  3. Un grand choix de
    produits
  4. Livraison gratuite
  5. Les garages partenaires